Soclema > Applications > Gaz renouvelables

Le biogaz ou biométhane, des besoins spécifiques pour l’échantillonnage

A la sortie du digesteur, le biogaz est majoritairement constitué de NH4 (méthane) et de CO2, mais il contient également des traces de H2O, H2S, siloxanes, N2, O2, NH3 plus ou moins importantes en fonction des matières dégradées.
Le biogaz produit peut être valorisé par combustion sous forme de chaleur ou d’électricité.
Il peut aussi être purifié de manière à atteindre la qualité du gaz naturel et être ensuite injecté dans le réseau de gaz. Ce biogaz purifié est ce qu’on appelle alors le biométhane.

Quel que soit le processus de production utilisé, cette étape d’épuration est indispensable pour débarrasser le biogaz de ses impuretés et des composants indésirables, et ce afin de respecter les caractéristiques physico-chimiques définies par les opérateurs de réseaux. Parmi les spécifications, on trouve le PCS, l’indice de Wobbe, la densité, le point de rosée eau, le point de rosée hydrocarbures, la teneur en O2, CO2… Après avoir été épuré, le biogaz réputé conforme aux spécifications du gaz naturel devient du biométhane. Il contient plus de 97% de méthane.

Principe de la méthanisation (Source - INSA Rennes)

Pour être injecté, le biométhane est ensuite acheminé jusqu’à un poste d’injection où sont effectuées quatre étapes : l’odorisation, le contrôle de la qualité, la régulation de pression et le comptage.

Les systèmes d’analyse présents sur les postes d’injection de biométhane permettent de mesurer les caractéristiques du gaz fourni par le producteur afin de vérifier sa conformité avant son injection dans le réseau, de contrôler la bonne odorisation du gaz et de fournir les informations de PCS du gaz. Une fraction de la production de biométhane est prélevée en continu pour être analysée.

Comme pour l’échantillonnage du gaz naturel, une sonde de prélèvement avec ou sans détente (en fonction de l’application) est utilisée pour le prélèvement de l’échantillon. Un séparateur est en général utilisé pour protéger l’analyseur contre les liquides présents dans l’échantillon. De la ligne tracée est préconisée si le lieu de prélèvement est éloigné du local d’analyses.